Histoire de l’île de Madère

Officieusement, selon l’Odyssée, l’île de Madère serait l’île d’Eole.

Découverte officiellement par le commandant João Gonçalvez Zarco en 1420, l’île de Madère est aperçue par nombre d’explorateurs, mais jamais aucun n’y avait mis les pieds avant lui. Voyant du large une étendue de forêt épaisse, il nomma celle-ci « Madeira » qui signifie « bois » en portugais.

Avant d’être colonisée, les portugais ont pris la peine de défricher cette immense forêt en provoquant des incendies à répétition et ce, pendant 9 ans. Les cendres permirent de fertiliser cette terre volcanique. C’est pourquoi, peu après des paysans portugais démunis se sont implantés à Madère et ont façonné cette terre en créant des terrasses sur le versant Sud ou encore en créant des canaux d’irrigation (lévadas) afin d’alimenter leurs cultures de blé, d’orge mais également de canne à sucre et de vignes. Afin d’assurer la production agricole, des esclaves de Guinée sont amenés sur l’île.

Les seuls habitants de l’île étaient donc des agriculteurs, mais pas que. En effet, de temps en temps, les navigateurs portugais s’y arrêtaient afin d’y trouver repos. Christophe Colomb y a d’ailleurs rencontré et épousé Filipa Perestrelo e Moniz.

Se rendant compte de l’essor de la production agricole, le roi du Portugal rattacha Madère à la couronne afin de mieux contrôler son économie.

Cependant, son développement est entaché par l’invasion de nombreux pirates, tel que le français Bertrand de Montluc. De plus, la culture de canne à sucre de l’île est fortement mise en concurrence avec une seconde colonie portugaise : le Brésil. C’est pourquoi, les agriculteurs décidèrent de trouver une autre source de revenus : le vin.

Au 19ème siècle, des troupes britanniques commencèrent à occuper les terres de Madère. Peu de temps après, ce sont les nobles anglais et fortunes américaines qui s’installèrent les hivers à Funchal. Quelques-uns, d’ailleurs, achetèrent des vignes et aménagèrent de nouvelles terrasses.

La culture du vin fut source de revenus pendant de nombreuses décennies. Mais depuis l’ouverture de l’aéroport à Funchal en 1964, une autre économie se développe à Madère : le tourisme, plus précisément le tourisme de luxe et le tourisme de randonnée.

Une autre date importante dans l’histoire de Madère : 1986, qui marque son entrée dans l’Union Européenne, lui permettant de bénéficier et de développer l’économie et les infrastructures liées au tourisme.

 

 Le saviez-vous ?
Anecdotes sur l’île de Madère

  • Madère abrite la plus grande forêt laurifère (laurissilva) du monde, l’un des derniers vestiges de forêt qui recouvrait l’Europe du Sud avant les dernières glaciations à l’ère tertiaire il y a 20 millions d’années !
  • Christophe Colomb épousa la fille du premier gouverneur de Porto Santo, Filipa Perestrelo. Le père de Filipa, capitaine-donataire, offra certaines de ses cartes marines à Christophe Colomb et lui permit ainsi de mieux préparer son voyage en Inde.
  • On raconte que les premiers hommes à avoir posé les pieds sur l’île de Madère est un couple franco-anglais, Robert Machin et Anne d’Orset, qui avait fuit Bristol pour s’épouser malgré l’opposition de leurs familles. Leur bateau fit naufrage à Madère et ils moururent sur l’île quelques jours après. Leurs compagnons fabriquèrent alors un radeau pour se rapprocher des côtes africaines mais ils furent capturés par des pirates arabes et emmenés au Maroc. Le récit de leur aventure, transmise par un castillan au roi du Portugal, aurait incité ce dernier à préparer une expédition pour retrouver l’île inconnue. En débarquant, Zarco aurait découvert la tombe des 2 amants au pied d’un cèdre et donné le nom de Machico à cet endroit en souvenir du jeune anglais Machim.